Créer ma Dream Team

/, Ressources/Créer ma Dream Team

Créer ma Dream Team

 

« La réussite appartient à tout le monde. C’est au travail d’équipe qu’en revient le mérite. » Franck Piccard

« Lorsque deux forces sont jointes, leur efficacité est double. » Isaac Newton

 

J’utilise le monde, consciemment ou inconsciemment, pour me révéler qui je suis et ce qui est juste, bon, beau et vrai pour moi.

Pour réussir dans cette quête de soi, de connaissance de soi, d’être aligné avec mon moi profond, mon âme, j’ai besoin de l’altérité.

C’est aussi par le regard de l’autre, aimé ou pas, que j’apprends à être. L’authenticité si en vogue en ce moment ne se décrète pas ; elle s’apprend ou plutôt se réapprend. Le nourrisson ne fait pas de calcul. Il vous regarde au fond des yeux sans autorisation, tout droit au creux de votre être, en connexion direct d’âme à âme. Peu d’entre nous savent encore regarder comme cela sans jugement ou se laisse regarder comme cela sans barrière.

Pour « réussir » cette épreuve, j’ai dû m’armer de patience et de bienveillance extrême. Et aussi d’une équipe de rêve que j’ai appelé « Dream Team » en hommage à la Dream Team de basket des JO de Barcelone, où chacun trouvait l’autre sans le chercher.

Savoir composer son équipe de réussite, sa « Dream Team » – Savoir créer une équipe de soutien pour tenir dans le temps est essentiel à la survie de vos projets. C’est tout particulièrement vrai dans votre quête d’authenticité. De quels talents divers, vous complétant, vous challengeant un peu (ou franchement) devrait être composée votre équipe de rêve ? Pour ma part, j’y inclus mes clients, mes fournisseurs et pas seulement mes collaborateurs, mes experts ou mes fans ou soutiens habituels.

Cette « Dream Team » n’est pas composée de l’ensemble de toutes ces personnes précitées mais des 20% qui font la différence (pour moi) sur ce sujet/projet. Je recherche l’efficience, pas seulement l’efficacité.

J’ai alors besoin de repérer leurs talents tout en leur faisant connaître les miens ; j’ai besoin d’écoute pour connaître leur feedback, leurs feedbacks me nourrissant.

Je me suis aperçu qu’il était souvent nécessaire d’avoir des rêves plus grands que les miens pour héberger au sein de l’équipe d’autres personnes ayant eux-mêmes de grands rêves ; Il est simplement nécessaire que ces rêves soient dans la même lignée, ou le même esprit et avec des valeurs communes.

Ensuite faire vivre cette équipe est un autre challenge, la communication saine et transparente de nos intérêts communs et divergents doit se faire régulièrement pour éviter écueils et frustrations.

Dans ma « Dream Team », j’inclus un ou plusieurs de mes meilleurs amis. Cela me challenge, cela nous challenge et renforce nos liens d’amitié. Nous apprenons à nous écouter autrement.

Voici un petit guide pour une conversation efficace qui me sert au sein de ma « Dream Team » des Carnets d’Éveil :

  1. Écouter et ne pas hésiter à poser des questions pour comprendre
  2. Ne pas juger (trop vite …voire du tout) – valoriser ce qui est dit ou fait.
  3. Utiliser des messages avec “Je” plutôt que « On » ou « Tu ».
  4. Exprimer et partager son raisonnement, sa réflexion, sans arrière-pensée.
  5. Permettre à soi-même et aux autres de ne pas toujours être très clair (osez dire par exemple que « je réfléchis tout haut » quand j’énonce une nouvelle idée pour laisser libre cours à mon imagination).
  6. Exprimer et accueillir les points de vue divergents.
  7. Éviter les généralisations et les stéréotypes culturels.
  8. Respecter les moments de silence et les proposer régulièrement pour faciliter la prise de parole et l’écoute.
  9. Aller jusqu’au bout des questions ou problèmes difficiles (surtout si c’est important).
  10. Respecter la confidentialité.
  11. Être responsable de sa propre participation.
  12. Une conversation à la fois.
  13. Présupposer de bonnes intentions en restant bienveillant.

Voici quelques préceptes utiles pour améliorer l’efficacité au sein de votre « Dream Team ». Maintenant c’est à vous !

Exercice :

Composons votre « Dream Team » si vous être prêt ;

Quel est votre quête du moment ? Cela peut être pour vous-même ou votre activité (authenticité, écoute, un challenge personnel ou professionnel, etc.)

Exprimez-la de manière positive, autrement dit, ce que vous voulez et non pas ce que vous ne voulez pas. Faites-en sorte qu’elle soit inspirante pour vous et idéalement au service de quelque chose de plus grand que vous seulement pour générer de l’attrait pour les autres.

Faites maintenant la liste des personnes et des compétences que vous souhaitez voir vous rejoindre dans ce projet.

Définissez ensuite les comportements et attitudes discrimants. Autrement dit, définissez ce que vous ne souhaitez pas vivre avec ces membres dans ce projet. Cela va vous permettre d’édicter des règles de bonne conduite en usage dans votre équipe de rêve.

Commencez à rechercher les profils qui vous intéressent, pas seulement des personnes que vous connaissez bien. Le but est aussi d’apprendre à composer son équipe avec méthode et efficacité.

Vous devrez commencer à les rencontrer seul(e) ou accompagné(e) de vos premiers équipiers. Ensuite réunissez les en présentiel ou à distance pour commencer à faire exister votre équipe.

Donnez-leur des raisons fortes de vous suivre. Quel(s) risque(s) prenez-vous ? En quoi cela va être enthousiasmant pour vous, pour eux ?

Quel(s) bénéfice(s) pour eux et pour vous ?

Quelles sont les valeurs sous-jacentes à ce projet ?

Est-ce un début ? Une fin ? Donnez-vous, donnez-leur de la perspective.

Définissez un mode de travail, des règles, des fréquences de rendez-vous, qui participe ?

Ces quelques pistes peuvent vous aider à démarrer, le reste dépend de vous et de votre équipe. « Tous seul on va plus vite, en groupe on va plus loin »

Conte :

Marc, un jeune américain, décide de s’engager dans le service social pour une année. Il se retrouve professeur de sport dans un village africain. Grâce au sport, il ne sera pas contraint de faire passer des modes de vie, des dogmes, des idéologies. Il pourra rencontrer des jeunes dans le seul plaisir du mouvement et les inviter à se dépasser dans l’effort. C’est du moins ce qu’il pense. Il n’y a qu’une chose à laquelle il n’a pas pensée : combien ce produit d’exportation – « le sport » – transpire la rivalité et la compétition et combien sous le déguisement sympathique – maillot de corps et baskets – transparaît l’obsession d’évincer l’autre et de gagner. Gagner envers et contre tous. Contre la vie, s’il le faut. En somme : toutes les options guerrières du cynisme économique.

Pour l’instant, notre jeune américain, encore inclus dans son système d’origine et frappé de cécité, ne décèle rien. Le « sport » permet d’être ensemble, voilà tout, et de jouer et de vibrer et d’oublier le supplice des méninges. (…)

La spécialité de Marc, dans les écoles américaines où il fait du bon travail, est de secouer l’inertie des jeunes et surtout celle de leurs derrières habitués à peser, morts et lourds, sur des sofas. Il voit bien que la situation ici est différente, mais son potentiel de ressources apprises ne la prévoit pas. (…)

Il réunit donc la petite troupe (ils sont douze) autour de lui, explique les règles de la course, montre les jalons de la piste, son chronomètre incorruptible et son sifflet.

Même le podium est dressé pour le vainqueur : deux caisses superposées, flanquées de deux plus petites où prendront place par ordre d’arrivée le deuxième et le troisième. Les prix sont disposés sur une feuille de bananier : trois sacs de pop-corn, un très gros et deux moyens.

Voilà, tout est en place. Les enfants sont, après maintes contorsions acrobatiques, alignés en position de départ.

L’ordre règne.

Et à l’instant où retentit le coup de sifflet, les enfants bondissent en avant comme propulsés par des ressorts et détalent. Mais dans l’élan même du départ, leurs bras se sont grand ouverts et ils se sont saisi les mains !

Ils courent ensemble. Dans un vent de poussière d’or. Ils courent ensemble.

Histoire tirée de « Où cours tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ? »  De Christiane Singer.

Cette histoire vraie contient en son germe, de nombreuses autres histoires qui parlent de solidarité, de partage et d’oser être vivant – c’est à dire plein de vie, d’allant, d’envie (« en vie »).

2018-08-23T16:16:47+00:00

Laisser un commentaire

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ LE DÉPÔT DE COOKIES TIERS. EN SAVOIR PLUS.

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer