Faire taire le juge/critique intérieur

/, Réflexions/Faire taire le juge/critique intérieur

Faire taire le juge/critique intérieur

Citation : « Etre heureux c’est dompter ses peurs et en particulier, la peur de soi-même » Hervé

« La critique est aisée, mais l’art est difficile » Philippe Néricault

Thème : Si vous écoutez votre juge ou critique intérieur, il vous dominera.

Il s’exprime par les phrases :

  • « Y’a qu’à – faut qu’on »
  • « Je devrais »
  • « Je suis obligé »
  • « J’aurais dû »
  • « C’est normal, parfait, absolu »
  • « Tout le monde »

Ces phrases créent de la culpabilité et des regrets. Elles vous enferment dans des cycles de remords et de non-accomplissement.

Votre critique intérieur peut aussi prendre la forme du Perfectionniste en vous qui ne regarde que ce qui n’est pas fait, qui n’accepte aucune erreur et les condamne comme des fautes.

A terme, il crée chez vous le sentiment d’être illégitime ou d’être un imposteur dans votre propre vie, « un jour ils s’apercevront que je ne vaux pas cela … »

A terme, il détruit vos rêves… c’est un « rabat joie », faites-le taire !

Conte :

C’est l’histoire d’une jeune femme dynamique qui s’appelle Nathalie. Elle travaille pour une grande firme internationale. Aujourd’hui est un jour spécial, elle doit présenter devant le comité de direction les résultats du projet sur lequel elle a travaillé les 9 derniers mois. Elle est très enthousiaste et impatiente. Elle se lève donc à 6h00. C’est tôt pour elle, mais elle veut être sûre d’avoir suffisamment de temps.  Elle prend une douche et s’habille pour la situation. Au moment où elle prépare son petit déjeuner, son fils de 4 ans, Théo, sors de sa chambre et accourt pour faire un câlin à sa mère. Elle sait qu’elle n’a pas besoin de s’occuper de lui, c’est convenu avec son mari qui s’occupera de Théo ce matin. Le supposant affamé, elle lui fait une tartine de Nutella, son petit déjeuner préféré. Au moment de partir, elle lui fait un bisou et ne prend pas garde à l’état de la bouche de son fils. Elle se regarde une dernière fois dans la glace avant de partir et elle voit cette immense tâche de Nutella sur son chemisier. Elle est furieuse contre son fils et lui crie dessus. Elle remonte 4 à 4 les escaliers pour se changer. Evidemment, elle ne trouve plus rien à se mettre. Finalement, après 36 essais… elle finit par s’arrêter sur un ensemble qu’elle aime bien. Mais même celui-là ne semble pas lui aller ce jour-là. Elle n’a plus de temps alors elle le passe et se précipite à l’extérieur de la maison sans avaler son petit déjeuner. M…. se dit-elle – Je suis en retard. Elle démarre et prend le chemin habituel du bureau. Comme un problème n’arrive jamais seul, elle est bloquée dans le trafic ! Elle crie après tous ces gens qui n’avancent pas et utilise abondamment son klaxon.

Elle arrive en retard à son bureau et croise son directeur qui lui fait remarquer son retard en tapotant sa montre, et qui rajoute « ce n’est pas très professionnel d’arriver en retard le jour de sa présentation… ». Nathalie se sent misérable. « Il a raison, se dit-elle. Aujourd’hui, le jour le plus important de ma carrière, je ne sais pas arriver à l’heure. Je suis inutile. » « Je ne le supporte plus celui-là. Il me fait des réflexions alors que lui, il n’est pas mieux que moi ».

A ce point nommé, Jean-Claude, le Directeur Financier sort de la salle de réunion et vient vers elle. « Bonjour Nathalie » dit-il avec un grand sourire. « Nous sommes très impatients de découvrir votre présentation. Avez-vous le temps de prendre un café avec moi, avant de commencer ? » Nathalie retrouva le sourire et prit la direction avec lui de la machine à café. Tout du long, Jean-Claude l’écouta lui énoncer les grands principes de son projet et lui confirma son soutien.

Cette histoire raconte les états d’âmes par lequel nous passons en fonction de notre vision du monde, de nos croyances et du jugement que nous avons sur nous-mêmes.  Nos croyances sur nous-mêmes et sur les autres sont entretenues par nos critiques ou jugements intérieurs. Quand je commence à me déjuger, je finis par déjuger les autres. Ou bien quand je suis jugé par les autres, je finis par me juger en retour.  La dévalorisation de soi devient un cercle vicieux dont il peut être difficile de sortir.

Exercice :

Comment repérer votre critique intérieur ? La voix que vous entendez provient de votre esprit et est produite par votre critique intérieur. Elle peut être localisée. Souvent autour de la tête. Vous allez prendre l’habitude de l’écouter pour repérer si elle se produit au-dessus, à droite, à gauche, ou légèrement derrière afin de savoir l’écouter en pleine conscience. Pour ma part elle s’exprime en haut à gauche de mon crâne.   Une fois que vous l’avez repérée, il est possible de déformer ou de dénaturer le son de cette voix. Vous allez vous installer sur votre sofa et faire comme si vous aviez une télécommande de téléviseur ou de chaîne hifi à la main. Vous allez imaginer que vous pouvez modifier le son avec cette télécommande pour atténuer les effets sur vous.

Par exemple, si la voie est impérieuse et ressemble à celle d’un de vos parents vous pouvez la modifier en une voix chevrotante d’un personnage de dessin animé comme Bugs Bunny. Si nécessaire, vous pouvez noter la phrase entendue et réécouter un extrait du dessin animé pour avoir bien le son dans l’oreille.

J’utilise aussi une astuce proposée par le Dr Arlene K. Unger dans son livre « Avoir confiance en soi »

Quand vous remarquez que votre voix intérieure est sur une boucle de négativité, faites une pause. Imaginez cette voix intérieure sous l’aspect d’un être ou d’une chose qui voudrait impressionner ou faire peur, mais ne produit qu’un effet comique ou ridicule ; par exemple un chien féroce en costume risible ou un « monstre » en peluche toute douce. Donnez à cet animal ou à ce monstre un nom risible (bisoubisou, grinchouillon, etc.)

Voyez et écoutez cette créature ridicule répéter vos paroles négatives. Il devient plus difficile de les prendre au sérieux, et cela vous rappelle que vos peurs et vos pensées ne sont pas la réalité. Et vous pourrez même être capable de lui dire de se calmer ou d’aller au panier !

A terme, vous devez bannir ces phrases du type « y a qu’à – faut qu’on » (voir la liste           ci-dessus). Prenez le temps de noter combien de fois vous les dites par jour pour en prendre conscience.

Voici une autre technique :

Appliquez le 1er accord Toltèque : « Que votre parole soit impeccable » – (Tiré des 4 Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz)

Cela signifie que vous devez avoir une parole impeccable envers vous d’abord. Impeccable vient du latin pecatus « péché » et du radical im qui signifie « sans » ; impeccable signifie donc « sans péché ». Etre impeccable, c’est ne rien faire contre soi-même. Autrement dit ne pas pécher contre soi pour éviter de créer de la frustration, de la colère, de la culpabilité qui se retournera davantage contre vous ou sur les autres par rebonds. Comme le dit Don Miguel Ruiz, lorsque vous êtes impeccable, vous assumez la responsabilité de vos actions, mais vous ne vous jugez pas, vous ne vous critiquez pas.

L’exercice ici consiste à prendre conscience des mots ou des phrases que je dis contre moi et de prendre le temps de les remplacer par des phrases positives ou neutres.

Par exemple, si vous ratez quelque chose qui vous tient à cœur et que vous vous dites « je suis nul » ou « je ne suis qu’un raté » (à remplacer par les mots les plus forts que vous utilisez contre vous), redites la phrase suivante : « je suis déçu d’avoir raté cette opportunité de bien faire et je vais faire mieux la prochaine fois. » (Idéalement sur un ton correspondant à l’émotion)

Avoir une parole impeccable vous immunisera également contre les sorts négatifs d’autrui. Vous ne pouvez recevoir une idée négative que si votre esprit y est ouvert.

2018-03-05T13:37:02+00:00

Laisser un commentaire

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ LE DÉPÔT DE COOKIES TIERS. EN SAVOIR PLUS.

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer